Marie de Magdala alla donc annoncer aux disciples : J’ai vu le Seigneur !
Jean 20:18
Marie de Magdala
Profession
disciple de Jésus
Marie de Magdala
Époque
Le désir des âges
Marie de Magdala
NIVEAU
NIVEAU 70
STRATÉGIE
Lire Matthieu 27.56, 61 ; 28.1 ; Marc 15.40, 47 ; 16.1-19 ; Luc 8.2 ; 24.10 ; Jean 19.25 ; 20.1-18.
Marie de Magdala
Profession
disciple de Jésus
Marie de Magdala
Époque
Le désir des âges
Marie de Magdala
NIVEAU
NIVEAU 70
STRATÉGIE
Lire Matthieu 27.56, 61 ; 28.1 ; Marc 15.40, 47 ; 16.1-19 ; Luc 8.2 ; 24.10 ; Jean 19.25 ; 20.1-18.
L’HISTOIRE
PARTIE 1 DE 8

UNE AMIE FIDÈLE

Quand Marie de Magdala a rencontré Jésus pour la première fois, elle était dans un état lamentable. Possédée par des démons, elle était également hantée par un passé peu glorieux. Les gens la regardaient de haut. Mais rien de tout cela n’a empêché Jésus de lui témoigner de l’amour. Il a chassé d’elle sept démons. Et elle l’a aimé en retour pour l’espoir qu’il lui a donné.

Son soutien a été essentiel au ministère de Jésus. Dans la vie comme dans la mort, Marie a prouvé à maintes reprises son dévouement pour lui. En effet, elle faisait partie d’un groupe de femmes qui voyageaient avec lui pour s’assurer qu’il ne manque de rien.

De plus, alors que beaucoup d’autres disciples ont fui et abandonné Jésus lors de son arrestation et de sa crucifixion, Marie de Magdala est restée une véritable amie. De plus, elle est demeurée courageusement présente lors de sa mort et de sa mise en sépulcre. Elle a été une véritable héroïne de la Bible.

PARTIE 2 DE 8

DE LA TENSION DANS L’AIR

Marie était la sœur de Marthe et de Lazare, qui vivaient à Béthanie. Jésus et ses disciples s’arrêtaient souvent chez eux pour se reposer, et les sœurs prenaient soin d’eux. Ces dernières, avec leur frère, étaient de grands partisans et amis du Maître.

Et lors de sa première visite, Marthe s’est plainte à Jésus de Marie, qui ne l’aidait pas avec les préparatifs du repas, car elle était assise aux pieds de Jésus, écoutant avec grand intérêt tout ce qu’il disait. Marthe était soucieuse du confort de ses invités et, dans son anxiété, a oublié la politesse due au plus grand d’entre eux.

D’un ton doux et patient, Jésus lui a répondu, « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée. » (Luc 10.41, 42)

Marie avait appris à chercher ce qui était le plus important : une relation avec Jésus.

PARTIE 3 DE 8

UN AMOUR PLUS FORT QUE LA MORT

À une autre occasion, Lazare est tombé malade et est mort. Jésus a résisté aux demandes de venir à Béthanie et n’y est arrivé que quatre jours après son décès et sa mise en sépulcre. C’est à cause d’une superstition juive selon laquelle l’âme des morts restait près de la tombe pendant trois jours, espérant retourner dans le corps, qu’il avait attendu tout ce temps. Après quatre jours, il n’y avait plus aucun espoir de réanimation.

Marthe d’abord, et ensuite Marie, sont venues à Jésus en larmes, lui reprochant de ne pas être venu plus tôt. Elles croyaient que si Jésus était arrivé avant, Lazare ne serait pas mort. Ému par leur chagrin et irrité par la mort et toute la souffrance qu’elle inflige, Jésus a pleuré. Il s’est ensuite rendu au tombeau de Lazare et a demandé qu’on retire la pierre, ce qui a été fait. Puis il a appelé Lazare à sortir, et que s’est-il passé ? Lazare est sorti, vivant et toujours vêtu comme un cadavre !

PARTIE 4 DE 8

UN CŒUR RECONNAISSANT

Lors de la dernière visite de Jésus à Béthanie, Simon le lépreux, qui était l’oncle de Marie ainsi qu’un Pharisien, lui a organisé une grande fête, car il l’avait guéri de la lèpre. Il était impatient de montrer à Jésus toute sa reconnaissance.

Durant la fête, Jésus était assis entre Simon et Lazare, qu’il avait ressuscité des morts. Pendant que Marthe faisait le service, Marie écoutait attentivement chaque mot qui sortait de la bouche de son Maître. Dans sa pitié, Jésus avait ramené son frère d’entre les morts, et son cœur était rempli de gratitude. Elle avait également senti la conviction de se détourner des péchés de son passé et de vivre en harmonie avec ses enseignements. Elle avait soif d’un nouveau départ.

PARTIE 5 DE 8

L’ARÔME DE L’AMOUR

Marie avait entendu Jésus parler de sa mort imminente. Elle en était grandement attristée et voulait lui montrer son amour et son respect d’une manière toute spéciale. Avec une grande partie de ses économies, elle a donc acheté une boîte d’albâtre avec « un parfum de nard pur de grand prix » (Jean 12.3) pour oindre Jésus.

Agenouillée devant lui et submergée par l’émotion, elle a ensuite versé le parfum luxueux sur sa tête et ses pieds en pleurant. Puis elle a essuyé les pieds de Jésus avec ses cheveux. Marie avait vu de ses propres yeux sa nature juste et pure, et c’était sa façon de lui montrer combien elle l’aimait et le respectait.

Ne souhaitant toutefois pas être remarquée, elle avait tenté de se faire discrète, mais l’odeur du parfum a rempli la pièce et tout le monde s’est rapidement aperçu de ce qu’elle faisait.

PARTIE 6 DE 8

UN MOMENT GÂCHÉ

Le disciple Judas s’est alors fâché, disant que l’argent dépensé pour un parfum aussi cher aurait pu être mieux utilisé pour aider les pauvres. Mais il pensait probablement plutôt à la façon dont lui aurait pu mieux l’utiliser, car il était le trésorier des disciples et détournait leur argent.

Jésus a vu l’embarras et la détresse de Marie et a dit aux invités de la laisser tranquille. Il savait qu’elle exprimait simplement son amour pour lui et son désir de vivre mieux. Il a pardonné ses péchés et accepté la démonstration de sa dévotion.

Il a également béni et honoré son acte d’amour en proclamant que « partout où cette bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu’elle a fait » (Matthieu 26.13).

Ce n’est pas par hasard que Marie de Magdala était parmi les premières personnes à trouver le tombeau vide de Jésus après sa mort et sa résurrection. Effectivement, tôt le dimanche matin, elle et quelques autres femmes se sont précipitées vers son sépulcre. Elles avaient apporté des épices et des herbes pour préparer son corps adéquatement.

PARTIE 7 DE 8

PLUS DE TÉNÈBRES DANS LA TOMBE

Les femmes venues visiter le tombeau ce dimanche matin n’étaient pas toutes arrivées de la même direction. Marie de Magdala est arrivée la première sur les lieux. C’est alors qu’elle a vu que la pierre avait été roulée et qu’elle est allée retrouver les disciples de Jésus.

Entre temps, les autres femmes sont arrivées. Elles ont vu un ange aussi lumineux que l’éclair et dont les vêtements étaient blancs comme la neige. Il leur a dit de ne pas avoir peur, que Jésus était ressuscité et qu’il n’était plus dans le tombeau. Il les a invitées à jeter un coup d’œil à l’intérieur afin de voir par elles-mêmes. Puis il leur a dit d’aller annoncer aux disciples que Jésus était vivant et qu’il irait à leur rencontre en Galilée. Bien que toujours effrayées, elles ont couru, débordantes de joie, leur annoncer la nouvelle.

PARTIE 8 DE 8

LE PREMIER REGARD

Marie ne l’avait pas encore entendue, cette bonne nouvelle, mais elle est retournée au tombeau, toujours en larmes, ne sachant pas où se trouvait le corps de Jésus. C’est alors qu’elle a vu les deux anges. Toutefois, elle était tellement désemparée et submergée par les larmes qu’elle ne les a pas reconnus pour ce qu’ils étaient. Et à ce moment-là, Jésus s’est approché d’elle, mais elle a cru que ce n’était que le jardinier.

Elle lui a demandé où se trouvait le corps, lui disant que, s’il l’avait déplacé, elle irait le chercher. Le corps de Jésus avait été placé dans un tombeau prêté par Joseph d’Arimathée.

Mais Jésus n’avait qu’à dire son nom. Même si les larmes l’empêchaient de le voir, ses oreilles ont reconnu sa voix. Il lui a demandé d’aller dire aux autres ce qui venait d’arriver. C’est ainsi que Marie a eu la chance d’être la première personne à voir Jésus après sa résurrection. Cela suffit pour faire d’elle une véritable héroïne de la Bible.

Pour en apprendre davantage sur l’héroïne Marie de Magdala, lisez les passages suivants : Matthieu 27.56, 61 ; 28.1 ; Marc 15.40, 47 ; 16.1-19 ; Luc 8.2 ; 24.10 et Jean 19.25 ; 20.1-18.